Notre champ de blé

D’abord, faire pousser notre blé choisi avec soin, le semer, le moissonner à la faux.
Ensuite le moudre dans le moulin à vent et enfin, en faire du pain dans le four.

Nous avions ce projet de longue date, mais pas les moyens. En 2018, Philippe Schoysman rejoint l’équipe et lui, il a les moyens techniques et les connaissances qui permettent sa réalisation.

Voilà le projet lancé en 2018.

Vous pouvez participer au projet avec nous.

Les étapes sont les suivantes :

  • labour, avril 2018
  • ensemencement d’engrais vert, juin 2018
  • labour léger, octobre 2018
  • semis du blé, novembre 2018
  • moisson et traitement du grain, juillet 2019

Voilà une présentation très résumée du projet.

Le terrain est situé sur Sint-Stevens-Woluwe, mais nous mettons en place une collaboration avec la Commune de Woluwe-Saint-Lambert pour cultiver un terrain à côté du moulin à vent dès 2019.

Le grain passera entre les meules du moulin à vent de Woluwe-Saint-Lambert situé à côté du fournil et de la ferme de Hof ter Musschen.

Ce grain est cultivé sans pesticide ni engrais chimique et de variétés anciennes de blé.


2 août : le battage

Le blé a été battu ce vendredi !



26 juillet : la télé est sur place !

bx1, la télévision régionale de Bruxelles, est venue couvrir l’événement !

Découvrez le reportage !


25 juillet – début de la moisson !

Jeudi 25 juillet à 7 h ! Démarrage de la moisson : au programme, 1/3 du champ, à faucher à la sape flamande !

Appréciez le détail des gestes retrouvés : les blés sont fauchés sur une ligne de front, de droite à gauche : le faucheur entoure une botte avec sa pique dans la main gauche et fauche de la main droite, en repoussant les blés coupés vers la gauche.

Le fauchage se poursuit ensuite latéralement, vers l’arrière, toujours en repoussant les blés coupés. Ces derniers sont ensuite rassemblés avec la pique sur le pied du faucheur et déplacés vers la droite d’un ample mouvement de la jambe. La botte peut alors être ligaturée avec de la paille. Traditionnellement ce lien était effectué avec du seigle : ici, les pailles sont trop sèches et cassent: il a fallu passer à la ficelle.

Les bottes sont ensuite rassemblées en gerbes et placées verticalement.


6 variétés distinctes


Les couleurs arrivent !

28 juin 2019 : le champ se pare d’or, lentement mais sûrement ! Les blés couchés par l’orage se sont relevés et certaines poussent commencent à dépasser nos têtes !


Les épis deviennent visibles !


Après les pluies de ce 5 juin 2019

Ce 5 juin, deux orages particulièrement violents, avec pluie et grêle, se sont abattus sur le champ de blé.

La parcelle composée d’une terre riche et fortement azotée présente des plants plus développés et avec des feuilles plus larges. Cette largeur de feuille a offert une plus grande surface à la pluie…. La conséquence : la plupart des plants sont actuellement couchés ! On espère qu’ils vont se relever.

La parcelle avec une terre moins riche et des plants plus effilés a mieux résisté. La parcelle de terre pauvre a, quant à elle, parfaitement résisté.

Ceci pour illustrer pourquoi l’industrie raccourcit chimiquement au maximum la hauteur des blés pour les rendre moins sensible à la verse (et aussi pour diminuer le volume de paille et faciliter la récolte).


Le champ ce 1er juin 2019


21 octobre 2018 : les semailles